Dans la presse

Didier Swysen, Sud Presse, De Block s’attaque à la depression

Avec les bons voeux de la ministre de la Santé. Mais il n’y sera pas question d’amour. Ce que tous les médecins du pays vont recevoir de Maggie De Block en ce début de semaine, ce sont de nouvelles directives pour appréhender la depression.
En première ligne, le rôle des médecins généralistes est donc primordial. Les anciennes directives dataient de 2008. « Ces dernières années, la littérature s’intéresse davantage à la prise en charge de la dépression de la personne âgée. Pour la première fois, nous abordons la prise en charge multidisciplinaire et structurée. Les traitements non médicamenteux de la dépression sont également davantage étudiés. »

Maggie De Block attache une importance toute particulière aux personnes âgées, parce qu’elles ont une tendance plus grande à souffrir de ces problèmes… qui peuvent aussi être cachés derrière d’autres symptômes (la démence, par exemple). « Tout cela peut mener un diagnostic et un traitement inappropriés », dit la ministre.
Maggie De Block veut remobiliser les médecins généralistes. Au gré des douze thèmes cliniques (parmi lesquels le diagnostic, le risque de suicide, le suivi, les personnes âgées, etc.), les directives insistent aussi sur l’approche non médicamenteuse de la dépression et sur la collaboration avec les psychologues et les psychiatres.
La ministre a consacré un budget de 250.000 € à ces directives réactualisées, un montant qui englobe aussi l’organisation de formations spécifiques pour les généralistes.
Pag. 17